L’AQUARELLE

Le mot de l’artiste

Peindre un port, c’est une histoire à l’infini. A la fois romantique et nostalgique.

Le tout dans un parfait accord de tranquillité et de mouvements.

Le mouvement des vagues, le bateau qui prend le large et le yacht qui revient tranquillement au port.

On ne se lasse jamais de ces tableaux magnifiques.

Et puis, sans oublier les pêcheurs et leurs bateaux colorés.

Les filets de pêche démêlés et mis à leur place, la griffe du temps sur ces engins plein de beauté.

Et enfin, le plus important, ce qui fait la grande distinction des ports méditerranéens c’est la lumière : extrêmement généreuse, presque irréelle, grâce à elle on voit parfaitement les contrastes.

La lumière dans les ports méditerranéens est encore plus prononcée quand le mistral se lève.

La différence entre l’ombre et la lumière est bien définie, cela nous donne la possibilité de réaliser de magnifiques aquarelles.

Pourquoi le port ?

C’est la nature elle-même qui grave son existence avec ses griffes. Elle laisse des traces éternelles.

Pourquoi la méditerranée ?

C’est la lumière qui éclaire tous les contours.

Pourquoi l’aquarelle ?

C’est de l’eau dans la couleur et c’est la couleur dans l’eau.

Tout ça me fait beaucoup penser à :

“l’essentiel est invisible, on ne le voit qu’avec le coeur”.

Saint Exupéry

Ayant eu l’opportunité de me rendre à Cassis, célèbre port méditerranéen, je n’ai pu m’empêcher de prendre quelques clichés : son port, sa plage, ses ruelles que je vous laisse admirer ci-dessous.

cassis-port.jpgcassis-port-2.jpgcassis-plage.jpgcassis-ruelles.jpg

La ville de Cassis se situe sur le pourtour méditerranéen à environ 20 km à l’est de Marseille. Le Cap Canaille, situé entre Cassis et La Ciotat est l’une des plus hautes falaises maritimes d’Europe.

Il culmine du haut des ses 394 mètres. Cassis c’est 11 km de côtes et 2 sites classés :

  • le massif des Calanques depuis 1975
  • le Cap Canaille depuis 1989.

On pourra admirer ces deux sites, ainsi que la ville, du haut de la route des Crêtes reliant Cassis à la Ciotat.

Un peu d’histoire :

Les premiers témoignages de l’occupation du site remontent à 500 ou 600 ans avant Jésus Christ. On a retrouvé sur les hauteurs du Baou Redon les vestiges d’un habitat fortifié élevé par les ligures qui vivaient de pêche, de chasse et d’agriculture. Des liens avec Massilia (Marseille), ville fondée par les Phocéens, laissent supposer qu’il aurait pu y avoir également une présence grecque à Cassis.

Au temps des Romains

A l’époque romaine, Cassis fait partie de l’itinéraire maritime de l’Empereur Antonin le Pieux. Le port avance jusqu’à la place Baragnon. C’est déjà une petite bourgade, implantée principalement autour des plages de l’Arène et du Corton, vivant de la pêche, du corail et du commerce maritime avec l’Afrique du Nord et le Moyen Orient, comme l’attestent plusieurs découvertes archéologiques.

Du seigneur des Baux … au roi René

Du Vème au Xème siècle, les invasions barbares conduisent la population à se réfugier sur les hauteurs à l’intérieur du castrum une cité fortifiée, qui deviendra en 1223 possession de la Seigneurie des Baux de Provence.

Le 4 avril 1402, à Brantes, au pied du Ventoux, en présence de son épouse Alix des Baux, Odon de Villars fit donation à son neveu Philippe de Lévis des fiefs de Brantes, Plaisians et leurs dépendances, des seigneuries de Saint-Marcel, Roquefort, le Castellet, Cassis et Port-Miou, dépendantes de la baronnie d’Aubagne, ainsi que de La Fare-les Oliviers, et Eguilles. Son neveu, en contrepartie devait lui servir de caution vis-à-vis de Raymond de Turenne dans l’observation d’un accord passé entre le vicomte, lui et son épouse Alix. En cas de non-respect de la part d’Alix et d’Odon, ces derniers devraient payer 50 000 florins à Raymond de Turenne.

Au XVème siècle, Cassis est rattaché au Comté de Provence, puis le Roi René transmet la Cité aux évêques de Marseille qui exerceront leurs droits jusqu’à la Révolution de 1789. Les armoiries de la ville, où figure une crosse épiscopale, témoignent de cette époque.

L’expansion de la cité

Le port de Cassis dominé pas ses falaises de calcaire rose.

Au XVIIIème siècle, Cassis sort de ses remparts et se développe autour du port. Après la Restauration, de nouvelles activités de développent : sécheries de morues, confection de scourtins servant à la fabrication de l’huile d’olive, travail du corail, extension de la vigne, exploitation des carrières (ciment, chaux, pierre).

La pierre de Cassis, qui était exploitée dès l’Antiquité a fait la renommée de ce petit port de pêche dans le monde. Les quais des grands ports de Méditerranée en sont bâti, (Alexandrie, Alger, Le Pirée, Marseille, Port-Saïd, le socle de la Statue de la Liberté à New-York).

Au XXème siècle, ces industries disparaissent, relayées par une viticulture toujours plus florissante (Cassis fut l’un des trois premiers vignobles à bénéficier de l’Appellation d’origine contrôlée en 1936) et par le tourisme.

Voici ci-dessous quelques aquarelles de Cassis :

cassis-promeneurs.jpgcassis-port-aquarelle.jpg

L’aquarelle est un projet de réalisation qui sera au programme de mon atelier.




Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 21 articles | blog Gratuit | Abus?